Doriane Quattrociocchi

Le goût de l’enfance

Première rencontre, en début formation (automne 2014)

 IMG_5726

Doriane Quattrociocchi l’assure tout de go : elle aime son travail. Embauchée en 2012 par la mairie de Vasselin pour assurer des missions de garderie et d’Atsem dans deux villages (Vasselin et Saint-Sorlin-de-Morestel), mais aussi pour encadrer la cantine et les temps d’animation péri-scolaires de l’école primaire de Vasselin, elle a eu le temps de voir confirmé son goût pour le travail avec les enfants. « Depuis petite, j’ai toujours aimé ça, mais j’avais été mal orientée », raconte-t-elle. Une histoire trop banale d’orientation mal ficelée.

Un long chemin

Originaire de Morestel, Doriane a passé un BEP Secrétariat dans la région lyonnaise, sans grande conviction. D’ailleurs, elle plaque en Terminale, avant le Bac pro. Suivent deux ou trois années d’intérim, durant lesquelles la jeune fille passe de l’usine (les jambons d’Aoste) aux commerces, sans toutefois renoncer à son envie de travailler auprès des petits. « Je voulais en finir avec l’usine, et j’ai donc préparé le CAP Petite enfance par correspondance, en même temps que mon travail », indique-t-elle. Son courage paie : Doriane obtient son CAP, quitte l’usine et file à la Mission locale de Morestel qui lui trouve des remplacements. Notamment sur un poste d’Atsem à l’école maternelle, qui la conforte dans son choix. Jusqu’à ce que la mairie la recrute pour trois ans sur son poste actuel.

Une titularisation espérée

En juillet 2015, le contrat de Doriane se termine. La jeune femme a donc saisi avec espoir la proposition de formation au CQP faite par la mairie. « J’aimerais être titularisée comme Atsem, et le CQP me donnera une chance supplémentaire », confie-t-elle. En attendant, elle découvre avec une curiosité intacte les divers aspects de la formation. « J’apprends plein de choses, je découvre la pédagogie avec des intervenants spécialisés, et je mets en pratique directement avec les enfants. C’est utile même pour la garderie des plus petits. »

Doriane monte avec les 8-10 ans un projet de théâtre de marionnettes qui sera présenté aux parents, et dont les enfants se réjouissent. « C’est la première fois que je réalise un tel projet, en échangeant avec ma collègue, j’y travaille le soir aussi, en révisant les cours : c’est très intéressant. » De quoi confirmer son goût pour l’enfance : « J’aime le contact avec les enfants, c’est un métier vivant, je ne m’ennuie jamais, et certains d’entre eux sont très attachants. » Tout est dit.

***********************

Deuxième rencontre, en fin de formation (juillet 2015)

En poste !

 La persévérance paie. A l’issue de son Contrat d’avenir, en juillet 2015, Doriane Quattrociocchi a été embauchée en CDI par la mairie de Vasselin. Un poste d’adjoint technique 2e classe a été créé afin qu’elle poursuive ses missions auprès des enfants. Une vraie victoire pour elle, après des débuts compliqués. Désormais, la jeune femme envisage la suite avec sérénité, et une confiance renforcée par sa formation.

Animatrice professionnelle

« J’ai beaucoup appris durant ces six mois de CQP, confie Doriane. Même si cela a parfois été lourd d’ajouter du travail à la maison, et stressant de passer des épreuves devant un jury. Il a fallu se remettre à travailler comme à l’école, mais je ne regrette pas : j’ai retrouvé le goût d’écrire, de réfléchir, et cela va me servir pour mon métier. »

Dans l’immédiat, les sessions de formation accompagnent sa pratique au quotidien : construire un projet cohérent en tissant les liens d’une séance à l’autre, prendre en compte les idées et les demandes des enfants, faire attention aux événements de la journée, calmer les conflits, informer les parents. Pour son projet de théâtre de marionnettes aussi, l’animatrice a puisé dans la formation. Les marionnettes ont été fabriquées, l’histoire écrite. Même si le déménagement de l’école a un peu retardé le projet, celui-ci prend bonne forme.

« Maintenant, je sais animer, ce que je ne faisais pas avant, résume Doriane. Par exemple, je peux commencer par lire une histoire et enchaîner avec une activité en rapport avec celle-ci. »

L’année prochaine, la jeune femme envisage de terminer son Bafa laissé en cours de route et de se former aux premiers secours. Après un remplacement de secrétaire en mairie durant l’été, elle retrouvera son poste avec enthousiasme. « Je me sens en position de proposer des actions, dit-elle. La formation me permet de réfléchir et d’avoir des idées. Ça va être différent : je vais mieux m’organiser, préparer mes séances, discuter avec les enfants. » La voilà lancée.

Publicités