Agnès Bruneau

Une belle volonté

Rencontre en début de formation (mai 2015)

Agnès Bruneau a connu des débuts contrariés, et doit son parcours à une volonté solide. Cette jeune femme de 22 ans souhaitait travailler avec les enfants, mais dans sa région, le CAP Petite enfance ne pouvait s’obtenir que dans le privé. Par défaut, et à regret, elle a donc passé un CAP d’aide à domicile pour personnes âgées et handicapées. Les premiers remplacements effectués en maison de retraite confirment : ce n’est pas la voie qu’Agnès voulait suivre. « J’ai donc fait une Action d’orientation et de formation (AOF), et dans ce cadre, j’ai effectué des stages en animation à la Fraternelle, et comme auxiliaire de puériculture à l’hôpital : j’ai eu la confirmation que je préférais le travail avec les enfants. »

Se jeter dans le bain

Sur liste d’attente après sa réussite au concours d’auxiliaire de puériculture en 2013, Agnès se tourne vers l’animation et découvre, par le bouche-à-oreille, que la mairie de l’Ile d’Abeau cherche un animateur périscolaire. Elle est recrutée en CDD un an, puis en CDI à temps partiel, pour assurer la garderie et les temps d’animation périscolaire. Un saut dans l’inconnu un peu délicat : « Je ne savais pas ce que je devais faire, confie la jeune femme. En plus, il y avait des difficultés dans l’organisation ; finalement, on nous demandait de veiller en priorité à la sécurité, l’animation était secondaire. »

Les choses s’améliorent au fil des mois, Agnès prend en charge des groupes d’enfants et initie des activités : parcours de yoga, grands jeux, activités manuelles. « Je cherchais l’aide des collègues, et des idées sur Internet ! »

Avide de se former, la jeune animatrice est d’autant plus déçue de se voir refuser le CQP une première fois pour un stupide problème administratif. Qu’à cela ne tienne, elle fait les démarches nécessaires, s’inscrit à la Mission locale et à Pôle Emploi.

Tout à apprendre

« C’est la Mission locale qui m’a parlé d’un poste d’animateur périscolaire en Emploi d’Avenir à la mairie de Chamagnieu, se souvient Agnès. La commune ayant un projet éducatif local, cherchait un animateur formé : cela correspondait à mes attentes. » Résolue, elle démissionne de l’Ile d’Abeau pour intégrer son nouveau poste en mars 2015. Un poste multiple, mariant entretien, cantine et animation périscolaire, avec un contrat de 24 heures hebdomadaires.

« Pour commencer, je passe dans toutes les activités périscolaires, avec de multiples intervenants, pour découvrir, dit-elle. C’est la première année que Chamagnieu en place les temps d’animation périscolaire et il faut du temps pour que ça s’organise. » Cette fois, pas question de laisser passer la formation : Agnès s’est inscrite au CQP avec de fortes attentes. Elle s’appuie aussi beaucoup sur sa tutrice. « J’espère apprendre des idées de jeux, des façons de régler les conflits, les réglementations. » Et de confier qu’être formée lui permettra de diminuer la part de stress liée à la responsabilité de s’occuper d’enfants. « J’ai beaucoup de questions à poser, et le formateur est là pour nous écouter et nous répondre, se félicite-t-elle. On parle par exemple beaucoup de pédophilie, et je me demande ce que dit la réglementation : a-t-on le droit de rester seul avec un enfant ? »

Pour la suite, Agnès a déjà prévu de se former le mieux possible, afin d’ouvrir toutes les portes possibles. Elle envisage de passer le BPJEPS, d’approfondir ses connaissances en psychologie de l’enfant. « J’aimerais devenir éducatrice pour enfants », dit-elle dans un sourire.

Publicités