Hakima Zérif

Eclosion de talent

Première rencontre, en début de formation (mai 2015)

Hakima Zerif

 

 

 

 

 

Autant le dire d’emblée : Hakima Zérif a une vocation, qu’elle n’a pas encore réussi à approcher. Elle voudrait être fleuriste mais, allez savoir pourquoi, son entourage l’a dissuadée de se lancer. Elle a pour l’instant mis de côté ce joli rêve, mais rien ne dit qu’elle ne le réalisera pas. En attendant, elle mène sa barque courageusement, et laisse éclore de nouveaux talents au fil de ses expériences.

Hasard de parcours

Hakima a quitté l’école en 3e, puis est passée par l’Ecole de la 2e chance. Elle a ensuite enchaîné les missions d’intérim et les CDD alimentaires : entretien de bureaux, blanchisserie, caisse en grand magasin. Rien de bien intéressant, jusqu’à ce poste en centre de loisirs à Gières le mercredi. « C’était de la garderie plus que de l’animation, de plus je n’avais pas d’expérience, raconte-t-elle. Mais ça m’a intéressée de continuer et j’ai ensuite envoyé des CV pendant des mois avant de trouver quelque chose. » En l’occurrence, un Emploi d’Avenir à Saint-Martin d’Uriage : Hakima passe un entretien en avril 2015, elle est recrutée dans la foulée.

Tout apprendre

A peine embauchée, Hakima démarre la formation CQP. « J’en avais besoin, j’avais plein de questionnements avant de commencer à travailler, confie-t-elle. Ça m’a permis d’acquérir les bases, autant sur le contenu des activités que sur les besoins des enfants ou la réglementation. »

A l’aise avec les enfants, Hakima s’appuie sur ses cours ainsi que sur l’aide de sa tutrice. « Elle me donne des documents sur les activités et toutes les informations utiles, elle répond aussi à mes questions : c’est important de l’avoir à mes côtés », note la jeune fille. A 21 ans, Hakima prend doucement ses marques dans ce métier qui lui plaît indéniablement.

***************************************************

Deuxième rencontre, en cours de formation (octobre 2015)

Une confiance qui croît

Elle l’avoue toute étonnée : Hakima Zérif ne pensait pas valider ses premières unités de certificat. « C’est une surprise pour moi qui n’étais pas forte à l’école, en commençant la formation, je ne pensais réussir, confie-t-elle. Maintenant, je me fais plus confiance. » Mieux, la jeune femme envisage désormais d’aller plus loin, de profiter de ce bel élan pour repousser les limites qu’elles se fixait à elle-même. « Pendant cette année m’est venue l’idée de tenter le BPJEPS pour travailler avec des personnes handicapées par exemple », explique-t-elle.

Clarification

Ce qui donne à Hakima cette belle et nouvelle assurance, c’est bien sûr la réussite de son parcours de formation, mais aussi la pratique quotidienne de sa mission auprès des enfants. « Je me sens bien dans mon travail, maintenant que j’ai pris mes marques, relève-t-elle. Je donne mon avis sur les activités, et ma tutrice m’encourage à le faire. » Elle vient ainsi de proposer un atelier « perles » qui démarrera prochainement. Avec les enfants, le courant passe de mieux en mieux. Hakima s’est inspirée des activités présentées par des intervenants durant la formation pour organiser des séances « scientifiques » qui ont beaucoup plu. « La formation m’apporte aussi beaucoup sur le manière de nouer des contacts avec les parents et les familles, les choses me paraissent plus claires », se réjouit-elle.

En Contrat d’Avenir avec le Centre de Gestion de l’Isère jusqu’au mois d’avril 2016, l’animatrice espère rester à son poste ensuite. « J’aime ce que je fais », assure-t-elle. Et pourquoi pas démarrer le BPJEPS dans le foulée du CQP. Assurément, cette voie inattendue séduit la jeune femme, qui compte bien l’explorer plus avant.

 

Publicités